Guerlédan. Christophe Le Fur retrouve sa bonne étoile

Stay up to date with the news

Guerlédan. Christophe Le Fur retrouve sa bonne étoile

L’édition 2018 du Guide Michelin vient de paraître. Le chef de l’Auberge Grand’Maison,
à Mûr-de-Bretagne, a reconquis sa distinction.

« L’étoile va de nouveau briller au-dessus de Guerlédan », se réjouit Christophe Le Fur, chef de l’Auberge Grand’Maison. Lundi après midi, le chef mûrois était présent à la cérémonie organisée par le célèbre guide rouge à Boulogne-Billancourt.

Sur la veste blanche revêtue par le chef pour l’événement arborait l’emblème de l’étoile. « J’ai du mal à réaliser, c’est tellement d’émotion, confiait-il. On a bien travaillé, on a fait quelque chose d’énorme. C’est une très belle récompense pour moi et pour toute l’équipe. »

Tout vient à point à qui sait attendre… Christophe Le Fur était à la reconquête de ce précieux sésame depuis 2016. Cette année-là, le Guide Michelin avait décidé de le priver de la petite étoile, véritable ambassadrice de la gastronomie de son restaurant détenue depuis 2009.

Une sanction ? Non plutôt une remise en question qui lui aura permis de mettre les bouchées doubles pour la récupérer. « Quand on a été étoilé une fois, on garde cela dans le sang. C’est pour la vie, cela ne se perd pas. On n’a jamais baissé les bras, même sans étoile. »

Pendant deux ans, l’équipe de l’Auberge a mené une lutte sans merci. Et pour y parvenir : « Je me suis recentré sur ma cuisine et mon identité culinaire. Afin que l’esprit de ma cuisine se dessine dans chacun de mes plats. »

Rien n’est gagné d’avance. Le chef concède être resté sur ses gardes et avoir vécu des moments de doute jusqu’au dernier moment. « J’attendais l’invitation à la cérémonie du Guide Michelin qui n’est jamais arrivée. C’est un coup de fil d’un représentant du guide, vendredi matin, qui m’a redonné espoir. J’étais convié à l’événement. »

Un espoir conforté par le passage d’un premier inspecteur à l’Auberge au mois d’avril 2017. « Il m’a dit qu’il avait retrouvé l’identité du chef Le Fur dans les assiettes. » Un second contrôle s’en est suivi en septembre.
Cette étoile, loin de l’idée du chef de la perdre une nouvelle fois. « Nous avons déjà beaucoup travaillé pour la gagner. On sait que le plus dur est de la garder. On va être encore plus sérieux pour y parvenir. »

Au-delà du prestige de la distinction, Christophe Le Fur entend profiter de son étoile pour attirer à sa table de nouveaux clients. À la clé, l’espoir d’« une augmentation de 30 % de chiffre d’affaires ». L’Auberge pourrait, elle aussi, être pour les touristes une belle étape au passage du Tour de France au mois de juillet…

Read More

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Skip to toolbar